L'Espagne s'engage pour la sauvegarde des gorilles en République Démocratique du Congo

Publié le par pierre eric

Canoë  Virginie Roy

02/06/2008

Les gorilles et les chimpanzés de la République Démocratique du Congo sont gravement menacés par les braconniers, la destruction de l’environnement et les conflits internes du pays.   


L’Espagne a offert un montant de 368 000$ pour financer un projet du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) pour la protection des gorilles, des chimpanzés et de leurs habitats dans la République Démocratique du Congo (RDC). Cette nouvelle concorde avec la mise en vigueur d’un accord historique entre dix pays sur les gorilles d’Afrique.

Les forêts de la RDC, qui couvrent un million de kilomètres carrés, sont un trésor pour la biodiversité. Certaines des espèces les plus rares et les plus remarquables du monde y habitent, y compris le bonobo (l'animal le plus proche de l'espèce humaine) et l'okapi (une girafe de forêt unique) ainsi que de rares gorilles de montagne. Plus de la moitié des 720 gorilles de montagne qui restent dans le monde vivent dans l'est de la RDC.

«La contribution financière du gouvernement espagnol est une initiative reçue chaleureusement par la RDC, région particulièrement troublée. Les ressources naturelles, dont dépendent de nombreux Congolais pour subsister, sont à risque», a indiqué Achim Steiner, sous-secrétaire général et directeur exécutif du PNUE.

En effet, la RDC continue de faire face à un des plus grands défis environnementaux africains actuels. Au cours des dernières années, plusieurs tueries d'animaux rares et de nombreuses destructions de sites environnementaux ont été rapportées, et ce, alors que la région est toujours en proie à des conflits. En effet, l’instabilité politique dans l'est du Congo a forcé 500 000 personnes à migrer à travers le pays, durant que les combats menés par des es groupes de rebelles dans des parcs nationaux fragilisent d'importants écosystèmes forestiers.

Les fonds espagnols iront au Partenariat pour la survie des grands singes (GRASP) dans le cadre du programme du PNUE pour aider à améliorer la conservation des espèces et des écosystèmes menacés et économiquement importants.

Le PNUE aidera donc les autorités de la RDC à concevoir et développer des lois nationales sur l'environnement, à faciliter le dialogue dans la région et à renforcer la coopération pour faire face aux défis environnementaux.

Premier accord international

Entre temps, le premier accord international pour la conservation des gorilles est entré en vigueur hier. Cette nouvelle ère créée de l’espoir pour la protection les grands singes. Sous les auspices de la Convention sur la conservation des espèces menacées (CMS), l'accord a été conclu à Paris en octobre 2007, entre les dix États de l'aire de répartition des gorilles.

L'annonce du nouveau financement espagnol arrive au moment où 191 pays se réunissaient en semaine dernière à Bonn pour le Sommet de la biodiversité dans le but de réduire sensiblement la perte de la biodiversité d'ici 2010.

Dans le cadre de cette réunion, le PNUE a présenté une vaste stratégie visant à aider le gouvernement de la RDC à faire face à l’énorme défi de la biodiversité. Ainsi, le PNUE, en plus d’aider le gouvernement à rédiger des lois sur l'environnement et faciliter le dialogue des parties prenantes de la région, plusieurs autres questions telles que le renforcement de la coopération entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda, ainsi que la question des camps de personnes déplacées ont été à l’ordre du jour.

http://www2.canoe.com:80/infos/environnement/archives/2008/06/20080602-174227.html

Publié dans Les animaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Oui bravo mais qu'attendent ces espagnols pour punir sévèrement les horreurs faites sur ces pauvres lévriers...interdire les corridas et autres cruautés du genre lors de fêtes religieuses ou profanes?
Répondre
E
c
Répondre