Les vaches malades ont perdu le droit à la vie

Publié le par pierre eric

 

Les autorités britanniques ont décidé d’abattre 50 vaches atteintes de la fièvre aphteuse pour étouffer et contrecarrer cette maladie qui risque de faire tâche d’huile dans d’autres foyers de bétail a annoncé ce matin la Radio France Internationale.

 

NDLR : Précipiter la mort des animaux parce qu’ils seraient malades n’est-il pas injuste et criminel ? Il est plus humain peut-être de chercher à soigner ses bêtes même si fatalement, ils seront égorgés un jour pour satisfaire notre gourmandise. Osons espérer qu’un jour les hommes improductifs et malades ne seront pas envoyés au « pays des morts ».

 

Pierre Eric
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Merci pour tous ces bons messages.<br /> <br /> Avant quand une bête était malade on l'a soignait. Cette fièvre aphteuse peut être soignée naturellement, je crois me souvenir que c'était avec du chlorure de magnésium. C'est vraiment une honte de tuer tout un elevage pour un animal malade qu'il faudrait soigner tout simplement...bien que comme le fait remarquer Pierre Eric ces animaux sont condamnés à l'abattoir. Combien de temps encore faudra-t-il attendre pour que les humains comprennent que tant qu'ils ne respecteront pas la vie...ils ne connaîtront jamais la paix?
Répondre
S
très bien dit, s'ils n'ouvrent pas enfin les yeux sur l'urgence de changer, de manger végétarien et bio, et qu'il continuent a massacrer la planète, qu'ils soient conduit eux dans leurs abattoirs et qu'ils subissent le sort qu'ils réservent a nos frères et soeurs animaux
Répondre
J
Je n'ai toujours pas compris pourquoi la c......e humaine des hommes politiques laisse faire une chose pareille ?<br /> <br /> Si, par principe de précaution on abattait tout un village(ça c'est vu en 45 mais pour d'autres motifs), certains encore aujourd'hui trouveraient celà prudent et judicieux, si,si, j'en suis sûr car au nom du sacro-saint principe de précaution, que n'accepteraient-on pas !<br /> <br /> Trêve de "plaisanterie", l'humour n'est pas de mise, je me dis quand même, en individu "normal", attendons d'avoir des bêtes vraiment malades, tentons ensuite de les soigner avec tout l'amour qu'elles méritent et, si elles sont condamnées à mourrir, qu'elles soient épargnées de tout stress et souffrance comme on le voudrait pour nous les humains !
Répondre
Z
imagines toi si on commencait à faire ça avec les humains....l'horreur, par contre pour les animaux on n'a jamais la même reaction, c'est bizar!
Répondre